Charpente

Buis, Ebène de Macassar

Habitué des chantiers navals et toujours proche du monde marin, l’artiste a voulu simuler ce que serait la charpente d’un violon. Le mélange de buis et d’ébène créent un contraste jusqu’à être antinomique dans leurs qualités propres. La finesse des coupes, habitude de luthier, s’oppose à l’idée d’une charpente, que l’on veut solide. Ainsi, pour l’anecdote, cette œuvre à peine terminée, fut détruite par mégarde, glissant des mains de son créateur. Charpente a vu sa famille s’agrandir plus tard, par l’arrivée d’un violoncelle majestueux, du même nom.

GALLERIE