Arbalete

Cerisier, Ebène, Poirier

Le nom de l'œuvre est l'évocation de sa forme : une arbalète. Tel Guillaume Tell et sa précision pour transpercer avec une flèche, une pomme posée sur la tête de son fils, Robert de Cantelar a ici joué habillement des arbres fruitiers, et principalement du cerisier qui constitue le corps du violon, pour réaliser cette œuvre. D'abord dessiné, puis remanié pour implanter les cordes d'une manière esthétique, le cordier a été divisé en quatre parties pour attacher chacune d'elles depuis une sphère. Celle-ci représente la pomme, que l’on peut imaginer être transpercé par une flèche.

GALLERIE